kisophro blog stress à l'école

Depuis quelques années les études sur le stress à l’école se multiplient et montrent que de plus en plus d’élèves sont concernés par ce problème.

D’où vient le stress à l’école ?
Deux sources de stress à l’école sont principalement identifiées.

Le planning.
Un élève en Suisse peut avoir jusqu’à 43 leçons par semaines auxquelles s’ajoutent, les devoirs à la maison, les révisions pour les tests (notamment le dimanche pour les tests du lundi) et les activités sportives ou artistiques.

L’obligation de réussite.
Avoir des bonnes notes, faire partie des meilleurs, rentrer au gymnase, avoir la meilleure formation possible etc… la concurrence en milieu scolaire est devenue très forte et à cela viennent parfois s’ajouter les attentes des parents qui peuvent être mal gérées ou mal interprétées par l’enfant.

Si l’enfant n’est pas aidé afin de gérer cette pression, il pourrait rapidement développer certains symptômes très caractéristiques du stress à l’école: mots de tête, problèmes de sommeil, difficultés de concentration, dévalorisation de soi, sentiment d’épuisement, voire dépression.

Comment aider son enfant à gérer le stress à l’école ?
La première étape est de savoir que l’on est stressé, si je ne le sais pas, je n’agis pas ou j’agis trop tard…
L’enfant doit donc être capable d’identifier ce que l’on appelle « les signaux d’alarmes » ce sont des manifestations corporelles qui se produisent lorsqu’une personne est en état de stress.

La sophrologie étant basée sur des techniques corporelles, elle permet à l’enfant de prendre conscience de son corps et d’y être plus à l’écoute.
Il va développer ainsi une perception beaucoup plus fine de ce qu’il ressent et avec un peu d’entrainement il arrivera très vite à sentir quand il est dans la « zone rouge ». Il pourra ainsi gérer plus rapidement la pression afin d’éviter qu’elle devienne trop forte et donc ingérable.

Cette première étape est essentielle pour qu’il arrive à gérer de manière autonome son stress à l’école.

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *